Peter James
peter_james
Ecrivain anglais Né le 22 août 1948
Héro récurrent: Roy Grace, policier qui reconnaît avoir recours au "paranormal"
Site officiel

 

Peter James a longtemps vécu en Amérique du Nord, où il était scénariste et producteur, avant de retourner en Angleterre. Il partage aujourd’hui son temps entre sa maison de Notting Hill, à Londres, et le Sussex.
Peter James a toujours eu l'ambition d’écrire des romans et de réaliser des films: lorsqu'il sort diplômé d’une école de cinéma à Londres en 1970 il devient stagiaire pour un programme quotidien à la télévision pour les tout petits enfants, appelé Polka Dot Door, à Toronto, dont il devient le scénariste.
Il  collabore ensuite avec Bob Clark sur une série à petit budget de films d’horreur dont Children Shouldn’t Play With Dead Things et Deathdream, qui est maintenant un classique du genre et qu'il a produit en 1972.

"plus que tout, ce que je voulais c’était écrire des romans policiers – mais je pensais alors qu’il y avait de tellement bons auteurs policiers que le monde n’en avait pas besoin d’un supplémentaire ! C’est alors que j’ai lu un article de journal évoquant le manque de bons romans d’espionnage."

Il se lance donc avec beaucoup d'énergie dans l'écriture de romans d'espionnage malgré son manque de connaissances du sujet:

- Dead Letter Drop, fut le premier à être publié mais ne remporta pas de succès, puis Atom Bomb Angel et Billionaire...
Devant le manque d'enthousiasme évident des lecteurs, il décide de revenir au roman policier.
À peu près à cette époque, le fils de deux de ses amis décède dans un accident de voiture dans le nord de la France. Les parents consultent alors un médium pour entrer en contact avec leur enfant. C'est ce qui lui donne l'idée de "mixer" deux univers qu'il avait toujours eu à l’esprit : ceux du crime et du paranormal.
Son roman, Possession, sur une mère qui va voir un médium pour contacter son enfant, mort dans un accident, et qui découvre qu’il a tué sa petite amie est vite devenu un énorme best-seller, devenant numéro un des ventes en Grande-Bretagne et traduit dans 23 langues.
Après avoir écrit plusieurs livres mélangeant suspense, crime et paranormal,  il se dirige vers un genre plus conventionnel, le suspense.
Son éditeur, Macmillan, lui propose alors d'écrire une véritable série policière, ce qui correspondait à ses désirs depuis toujours:

Comme une tombe son premier ouvrage mettant en scène le commissaire Roy Grace, a reçu le prix Polar International 2006 du Salon de Cognac et le prix Cœur Noir 2007. Les aventures de Roy Grace se poursuivent avec La mort leur va si bien (2007) et Mort... ou presque (2008), tous deux parus aux Éditions du Panama.. L'auteur avoue avoir trouvé un style qui lui convient parfaitement et qu'il aime.

Extraits d'interviews de Peter James
Polars Pourpres
Bibliosurf

"J’ai grandi avec un régime à base de romans et de films. J’étais un dévoreur de films depuis tout petit – et j’ai vraiment été influencé par la Nouvelle Vague française avec des réalisateurs comme Jean-Luc Goddard, Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet, Claude Chabrol, François Truffaut, Jean Renoir, qui ont par ailleurs réussi, à certains moments, de merveilleux thrillers mélangés à une profonde pensée intellectuelle. Et c’est vraiment ce que je veux faire, des thrillers, mais des romans qui font que mes lecteurs pensent le monde différemment. Je pense que le roman noir est le genre idéal aujourd’hui pour explorer, examiner et transposer le monde dans lequel nous vivons. Je n’écris pas dans le but de transposer mes films au cinéma. J’écris plutôt, du moins je le pense, avec la compréhension du comment un film peut appréhender le plaisir qu’il va donner aux spectateurs. Je pense qu’il y a une très grande similitude entre le fait de tourner une page d’un roman et un film qui vous accroche. Et le premier point pour les deux est de réussir à présenter de grands personnages. Sans personnages à soigner, il n’y a rien. Un de mes plus grandes influences du genre est Elmore Leonard. Actuellement, je ne pense pas qu’il se caractérise par l’ingéniosité de son intrigue, en revanche, c’est un génie en matière de personnages. Vous pouvez avoir un de ses personnages qui lit l’annuaire du téléphone pendant trois cents pages, et vous restez scotché. Ça c’est de l’écriture !"

"Quand j’ai crée Roy Grace, je voulais obtenir quelque chose de foncièrement différent de ce qu’on trouvait ailleurs. J’ai décidé de lui donner son propre mystère qui resterait insoluble : ce qui est arrivé à Sandy, sa femme, disparue le jour de son trentième anniversaire. Mais aussi de lui donner un intérêt pour tout ce qui a trait au paranormal – un sujet que je maîtrise plutôt pas mal pour l’avoir étudié ces vingt dernières années. J’ai été très surpris, il y a quelques années, de découvrir que de nombreux officiers de police avaient recours aux médiums et aux voyantes, en dernier ressort, quand tout le reste a échoué. J’y ai été confronté en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Etats-Unis et en Australie, et je suis sûr qu’il en est de même dans de nombreux autres pays. En Angleterre, il y a le fameux cas du rapt de Leslie Whitte, que la police n’a pas pu retrouver avant qu’elle ne consulte une voyante, qui leur a dit exactement où se trouvait le corps. Aux Etats-Unis, le Pentagone, le vrai, a ses dossiers X-Files – et ils ont actuellement un département paranormal qu’ils gardent très secret. Et c’est aussi ce que font les polices du monde, elles les gardent secrètement pour ne pas s’exposer au ridicule – ce qui est ce qui arrive à Roy Grace lors d’une audience au tribunal, au début de Comme une tombe, quand la presse découvre qu’il a emprunté une chaussure dans les pièces à conviction, pour la montrer à un médium. Mais je n’utiliserai jamais le paranormal comme une méthode pour lui de résoudre un crime – j’aurais l’impression de tricher avec mes lecteurs."

"Comme une tombe débute avec une blague innocente lors de l’enterrement d’une vie de garçon qui dérape : Michael Harrison va se marier dans quelques jours avec Ashley, sa fiancée. Mais Michael a toujours fait de très mauvaises blagues à ses amis avant leurs mariages, et ils ont décidé de les lui faire payer. Ils font la tournée des pubs, dans un van, le saoulent, et le mettent dans un cercueil avant de l’enterrer dans un endroit choisi au préalable, dans les bois, avec un talkie-walkie, un magazine porno et une bouteille de whisky. Ils ont planifié de revenir quelques heures après pour le déterrer. Malheureusement, peu après, ils sont victimes d’un accident de voiture. Trois d’entre eux meurent, alors que le quatrième se retrouve dans le coma. Mark, le meilleur ami de Michael et son associé dans les affaires, aurait dû être présent. Il a été retardé par une réunion et un vol retardé. C’est à sa sortie de l’avion, quand il rallume son portable, qu’il apprend la terrible nouvelle. C’est une Ashley en larmes qui lui parle de l’accident et lui rapporte que personne ne sait où Michael est. Mark réalise alors qu’il est le seul au monde à savoir où Mark se trouve. S’il se tait, il obtiendra la totalité des parts de l’entreprise qu’il partage avec Michael. Et un plus gros prix encore. La tragédie d’un homme est simplement l’heureuse fortune d’un autre. C’est simple comme la mort…" -- Peter James --

"Jai été énormément influencé par Graham Greene, qui est vraiment mon auteur préféré, et Le Rocher de Brighton est un tel livre ! Et je pense qu’il a la fin psychologique la plus noire de tous les romans. Greene est capable de capturer Brighton et de nous la restituer exactement comme elle est encore aujourd’hui. Une merveilleuse cité avec une menace sourde et persistante. C’est ce que j’essaie de retranscrire dans tous mes écrits – bien que je ne prétende pas rivaliser avec mon Maître… Je me rappelle parfaitement la scène du Troisième Homme – un de mes films préféré (en partie parce que ma mère est partie de Vienne en 1938, ce qui me rattache plus particulièrement à cette ville, et en partie à cause de cette incroyable performance – la scène mémorable dans la nacelle –, que Roy Grace regarde au début de Not Dead Enough !!!). Et, oui, j’adore les situations absurdes. Une grande partie du plaisir que vous éprouvez à écrire des romans de suspense est que vous pouvez jouer avec beaucoup de ficelles avec vos lecteurs, si et seulement si vous respectez les règles. Comment je me place sur l’échiquier de la littérature ? Je suis un grand admirateur de Ian Rankin, et je lui suis régulièrement comparé, parce que, je crois, de manière un peu similaire, nous sommes assimilés à une ville, lui à Édimbourg, moi à Brighton. Et cette comparaison m’honore. Quand j’écrivais mes romans noirs sur fond de supernaturel, j’étais surnommé la réponse anglaise à Michael Crighton et à Stephen King. Maintenant, j’aimerais bien mieux être surnommé la réponse anglaise à Ian Rankin !!!"

"Je passe un jour toutes les deux semaines, deux semaines et demie, sur place avec la police, que ce soit dans une voiture, sur la place d’un crime ou dans un bureau, essayant d’en apprendre un peu plus sur la police (ils voient vraiment le monde de façon différente), et de rester à jour dans les évolutions de leurs méthodes et de leurs techniques, afin d’avoir des idées pour mes personnages et mes crimes. Et il semblerait que quoi que j’invente en tant qu’écrivain, quelque part, dans le monde du crime, ça c’est déjà passé… Pour mon quatrième roman avec Roy Grace, que je suis encore en train d’écrire, j’ai une scène où le niveau d’une rivière en dehors de Melbourne est en train de baisser, ce qui révèle une voiture. À l’intérieur du coffre de cette voiture, se trouve le corps d’une femme. En janvier, j’étais à Melbourne. Je raconte cette partie de l’histoire à un groupe d’inspecteurs qui m’avaient gentiment invité dans leurs bureaux. Ils me regardent étonnés, et me racontent que c’est arrivé il y a deux semaines ! Ils m’ont emmené voir la rivière, la voiture et la morgue où se trouvait le corps (vous pouvez voir quelques photos sur le blog de mon site : www.peterjames.com)."

Roy Grace

Comme une tombe - Titre original : Dead simple
Traducteur : Raphaëlle Dedourge
Editeur : Ed. du Panama, Paris, France - Collection : Panama Polar 2006
Pocket - Collection : Thriller - 05/2007

Quatrième de couverture
Lorsqu’il se réveille six pieds sous terre dans un cercueil avec du whisky, une lampe de poche, une revue érotique et un sérieux mal de crâne, Michael Harrison pense à une mauvaise blague. Très vite, il se remémore la soirée arrosée de la veille avec ses copains pour son enterrement de vie de garçon. Seulement les heures passent et personne ne vient le chercher…
À la surface, sa fiancée s’inquiète. À trois jours des noces, elle signale la disparition de Michael à Roy Grace, inspecteur aux méthodes peu conventionnelles, dans la ligne de mire de sa hiérarchie. Pour retrouver le futur époux il n’a qu’un seul indice : ses témoins. Mais leur camionnette est en pièces et aucun d’eux n’a survécu à l’accident…

Cet ouvrage a reçu le prix du Polar du festival de Cognac

Les présentations des éditeurs : 14/05/2006
Comme une tombe s'ouvre sur un enterrement de vie de garçon. Celui de Michael Harrison, jeune golden boy qui, avec Mark Warren, a monté une société immobilière fructueuse. Michael doit se marier trois jours plus tard. Pour fêter dignement l'événement et se venger de ce farceur invétéré, quatre de ses amis lui ont préparé une nuit très spéciale : pendant qu'ils font la tournée des pubs, ils l'enferment dans un cercueil, au milieu de nulle part, où il doit attendre plusieurs heures. Malheureusement, la blague tourne mal : les quatre amis meurent dans un accident de voiture et Michael se retrouve piégé dans le cercueil.
Roy Grace, commissaire divisionnaire - un homme hanté par la disparition de sa femme - est contacté par la superbe fiancée de Michael, Ashley Harper, folle d'angoisse. Il se lance alors dans une course contre la montre, pour essayer par tous les moyens de retrouver Michael.

La revue de presse Martine Laval - Télérama du 1er mars 2006
Un jeune type va se marier avec une fille belle à tomber. Est prévue avec ses potes une soirée bien arrosée. On appelle ça enterrer sa vie de garçon. Les copains lui ont inventé une fête du tonnerre : ils enferment le futur marié dans un cercueil, l'enterrent pour de vrai, avec un talkie-walkie, une bouteille de whisky et un petit tuyau pour respirer. Eux s'en vont écluser quelques bières, jurant qu'ils reviennent bientôt. Mais drame : la bande se plante en voiture. Tous morts... L'auteur s'amuse. Il invente un tas de personnages patibulaires ou loufoques, lance de fausses vraies pistes, s'attarde sur de petits détails qui, bien sûr, se révéleront capitaux. Peter James fait dans le gouleyant - violence à petites doses, diatribes sucrées sur la vie, l'amour, and so on...

La mort leur va si bien - Titre original : Looking good dead
Traducteur : Raphaëlle Dedourge
Editeur : Ed. du Panama, Paris, France - Sorti le : 01/03/2007
Pocket - Collection : Thriller - Date de parution : 13/03/2008
Quatrième de couverture
« Cher Monsieur Bryce,
Hier soir, vous avez accédé à un site que vous n’étiez pas autorisé à visiter. Vous avez de nouveau essayé d’y accéder ce soir. Nous n’apprécions pas les visiteurs non sollicités. Si vous parlez à la police de ce que vous avez vu ou si vous essayez encore d’accéder à ce site, ce qui va arriver à votre ordinateur arrivera à votre femme, Kellie, à votre fils, Max et à votre fille, Jessica. Regardez et réfléchissez bien.
Vos amis de Scarab Productions »
S’il avait eu le moindre soupçon de l’effet dévastateur qu’un CD, trouvé sur la banquette d’un train de banlieue, allait avoir sur sa vie, Tom Bryce l’aurait sans doute laissé là où il était…

Mort... ou presque - Titre original: NOT DEAD ENOUGH
Traducteur : Raphaëlle Dedourge
Editeur : Ed. du Panama, Paris, France
Sorti le : 06/03/2008
Les présentations des éditeurs : 27/02/2008
MORT... OU PRESQUE UNE NOUVELLE ENQUÊTE DU COMMISSAIRE ROY GRACE
La nuit où Brian Bishop a tué sa femme, il se trouvait également à quatre-vingts kilomètres de là, profondément endormi, après un dîner arrosé avec son conseiller financier. C'est du moins ce qui ressort de l'enquête menée par le commissaire Roy Grâce sur le pervers assassinat de la jeune et jolie mondaine de Brighton.
Bishop a-t-il réussi l'impossible grâce à un improbable don d'ubiquité ? Quelqu'un aurait-il subtilisé son identité ? Est-il un menteur hors pair ?
Au fur et à mesure qu'il progresse dans son enquête sur les moeurs en apparence si respectables du couple, les choses prennent une tournure bien différente de ce que Roy Grâce pouvait imaginer...
Ou plutôt un alibi en béton…
La nuit où Brian Bishop a tué sa femme, il se trouvait également à 60 miles de là, profondément endormi, après un dîner arrosé avec son conseiller financier. C’est du moins ce qui ressort de l’enquête menée par le commissaire Roy Grace sur le pervers assassinat d’une jeune et jolie mondaine de Brighton, Katie Bishop.
Bishop a-t-il réussi l’impossible grâce à un improbable don d’ubiquité ? Quelqu’un aurait-il subtilisé son identité ? Est-il un menteur hors pair ? Au fur et à mesure qu’il progresse dans son enquête sur les mœurs en apparence si respectables des Bishop, les choses prennent une tournure bien différente de ce que Grace pouvait imaginer…
Ce n’est d’ailleurs qu’un début : quand il reçoit l’appel d’un ami qui lui annonce avoir aperçu à Munich une femme ressemblant étrangement à Sandy, son épouse disparue il y a plus de neuf ans, il n’est pas loin de perdre les pédales…

Autres publications

Bruits de tombe - Twilight (VO)
Peter James  (1991)
Genre : Thriller fantastique
Cette fois, Kate Hemingway le tient, son scoop : aucun autre journaliste n'a pu assister à l'exhumation de la jeune morte. Mais les témoins sont formels : depuis l'enterrement, on entend des grattements monter du cercueil. Kate ne s'attend pourtant pas à ce qu'elle va découvrir dans ce petit cimetière de Brighton...
De son côté, Harvey Swire a vu la mort de près - de très près- lors d'un accident. D'autres que lui, il le sait, se sont un jour sentis aspirés hors de leur débouchait sur une éblouissante lumière.
Hallucination ? Révélation d'un autre monde ? Pour Harvey, cette expérience tourne à l'obsession. Et, puisque personne ne veut l'écouter, il mènera seul ses recherches, il prouvera scientifiquement l'existence d'une vie après la mort… Oui, mais à quel prix ?

Rêves mortels - Dreamer (VO)
Peter James  (1989)
Genre : Thriller fantastique
Catastrophe aérienne en Bulgarie : 163 morts. Debout sur le trottoir, pétrifiée, Samantha fixe le journal. Les lignes dansent devant ses yeux : Un boeing de la compagnie Chartair s'est écrasé...
— Sam ? Qu'y a-t-il ? Vous connaissez quelqu'un qui a pris ce vol ?
— Moi. J'y étais.
C'est vrai. Sam a tout vu. Quand l'appareil s'est cassé en deux, elle a basculé dans le vide... et s'est réveillée en sursaut. Elle aurait pu sauver ces gens ! Alerter la compagnie. Mais qui l'aurait crue ? Qui croit aux rêves prémonitoires ? On l'aurait traitée de folle. Surtout si elle avait parlé de l'homme en cagoule qui hante ses nuits...
Mais ce n'est qu'un début. Bientôt, les cauchemars seront plus terrifiants encore. Et se réaliseront, eux aussi…

Possession - Possession (VO)
Peter James  (1988)
Genre : Thriller fantastique
Des phares se ruaient droit sur eux, énormes, aveuglants. Ils arrivaient dans la mauvaise direction. - Un camion! cria Fabian. Il écrasa la pédale du frein. Trop tard. Cette nuit-là, Fabian, vingt-deux ans, revenait de vacances. Mais sa route s'arrêta net, du côté de Mâcon. Plus jamais il n'irait à Cambridge, plus jamais à n'offrirait de roses rouges à sa mère, plus jamais il n'embrasserait Carrie. Cette nuit-là, Alex fut réveillée par une ombre. Elle ouvrit les yeux et découvrit son fils, debout à côté de son lit. - Salut, m'man, dit Fabian.

Morte en mémoire vive - Host (VO)
Peter James  (1993)
j’ai lu, 1997
Genre : Thriller fantastique
Parce que son père a fait un pari terrible contre la mort, parce qu'il a décidé qu'elle n'était pas nécessaire, Joe Messenger, jeune professeur, Einstein de l'informatique, a juré de vaincre la fatalité en offrant aux hommes un au-delà que les religions n'avaient pas prévu : la survie éternelle dans les circuits de silicium. Le transport de l'âme vers une oasis électronique où tout sera possible pour ceux qui ont quitté la vie. Demain, l'homme post-biologique aura triomphé de la douleur tout en gardant ses passions. Privé de corps, il aura encore un coeur. Mais sur la route de tous les rêves les plus furieux, il y a Juliet Spring. Avec ses yeux verts et son amour fou. Et Archive, le super-ordinateur qui voit tout, entend tout, et dit : " Juliet est une sale petite garce. "

Prophétie - Prophecy (VO)
Peter James  (1994)
Genre : Thriller fantastique
Prophétie, j’ai lu, 1999
A la jeune fille qui se débattait avec une contrebasse sur le quai de King's Cross Station, le vendredi 10 août : faites-moi signe. J'aimerais vous revoir..." Un magazine feuilleté par hasard dans la salle d'attente du dentiste... et votre vie peut basculer ! Le cœur battant, Frannie répond à l'annonce : la fille à la contrebasse, c'est elle! Et cet homme beau comme un prince mélancolique, elle l'avait remarqué, ce vendredi-là. Elle répond, l'imprudente. Sans se douter de ce qui l'attend... D'abord c'est un de ses amis qui meurt subitement. Puis, autour d'elle, la série noire continue. Toutes ces morts "accidentelles" auraient-elles un rapport avec l'homme de l'annonce? Quelle malédiction pèse sur ce veuf séduisant?

Vérité - The Truth (VO)
Peter James  (1997)
Genre : Thriller
Le Livre de poche, 2001
John et Susan ont tout pour être heureux. Jeunes, beaux et plein d'espoir, leurs carrières professionnelles respectives sont brillantes : John est le fondateur d'une agence de création multimédia et Susan la première collaboratrice d'un éditeur respecté. Confiants, ils se portent acquéreurs d'une magnifique maison londonienne, peut-être un tantinet onéreuse mais trop séduisante pour qu'ils résistent.
Le problème est que, très vite, tout ce petit univers de gagnants est en péril. Alors que le job de Susan est menacé par le rachat de la maison d'édition qui l'emploie, le banquier attitré de John est remplacé par un religieux extrémiste qui déteste les ordinateurs et n'a confiance ni dans les comptes ni dans les projets de John. Le jeune homme se retrouve alors devant une alternative simple mais en forme de mission impossible : trouver un million de livres en trente jours ou tout perdre. Tout ce qui anime le couple est donc sur le point de s'écrouler quand survient une étrange proposition : un homme richissime, M. Sarotzini, est prêt à leur fournir l'argent... si Susan accepte de porter son enfant, qu'il envisage curieusement de prénommer Vérité. Après de longs questionnements, John et Susan finiront par accepter cet étrange marché. Pour leur plus grand malheur car à partir de ce moment, tout va basculer dans l'horreur...